Partenaires

Les 7 étapes pour un mouillage en toute sécurité

17 mai 2021

Les 7 étapes pour un mouillage en toute sécurité

Le principe d’un mouillage est d’empêcher la dérive du bateau grâce à l’ancre. Pour profiter de vos vacances en toute sécurité, Samboat et TEMO vous proposent aujourd’hui quelques conseils et astuces pour un mouillage efficace en toute sécurité.

Il existe plusieurs façons de bien préparer son mouillage. Cela dépend principalement de la place disponible et de la météo. En dehors du mouillage simple, les autres méthodes sont moins utilisées dans les zones de mouillages classiques (criques, devant un port…) et nécessitent deux ancres.

Voici les quatre autres méthodes : 

En barbe : Mouiller une première ancre, culer sur la longueur désirée puis mouiller une deuxième ancre et ajuster à la longueur désirée.

Embossé : Mouiller une première ancre à l’avant du bateau et une à l’arrière puis ajuster à la longueur désirée.

Affourché : Mouiller une première ancre à l’avant du bateau. Reproduire la même chose avec une deuxième, de telle sorte qu’elles soient mouillées à plus de 90° l’une de l’autre. Il est déconseillé d’utiliser cette méthode en cas de mauvais temps.

Empennelé : Mouiller une première ancre sur laquelle vous rapper une deuxième ancre. Il faut s’assurer que la longueur est supérieure à la profondeur pour que l’ancre tienne. Cette technique est utilisée par mauvais temps. Cela permet d’assurer la première ancre et de la remonter pendant que la deuxième est toujours au fond.

Nous allons principalement vous parler aujourd’hui du mouillage simple qui est le plus courant. Voici nos sept conseils pour réussir votre mouillage en toute sécurité, étape par étape :

1) Bien choisir l’endroit

Le premier réflexe à avoir est celui de regarder la météo. Il existe pleins d’applications mobiles sur le sujet. Ensuite, renseignez-vous sur l’endroit où vous comptez mouiller et combiner les informations avec la météo. Assurez-vous qu’il y ait assez de place, que l’endroit soit à l’abri du vent, qu’il y ait peu de courant et une profondeur suffisamment faible pour convenir à votre longueur d’ancre. D’autant plus que certaines régions sont protégées, il y a des règles à respecter pendant et après la manœuvre.  

2) Être correctement équipé

Lorsque vous effectuez une manœuvre, il faut toujours avoir le bon équipement. Le mouillage ne déroge donc pas à la règle. Dans un premier temps, il est très important de protéger un minimum les extrémités fragiles de votre corps. Il est très fortement conseillé de porter des gants pour éviter toute blessure avec l’ancre ou la chaîne. Pour vos pieds, portez au minimum des chaussures fermées type basket ou bottes. De plus, couvrez-vous pour éviter toute coupure lors de la remontée de l’ancre à bord.

3) L’arrivée

Si vous n’êtes pas seul à bord, il est très important de garder l’équipage informé de la manœuvre et de son déroulement. Briefez chacun d’entre eux en leur assignant une tâche précise. Ensuite, il faut arriver doucement et face au vent si possible dans la zone et faire attention aux autres usagers. Attention à prendre de la marge lorsque vous manœuvrez autour d’autres bateaux, pour être sûr de ne croiser aucun baigneur dans les angles morts. Commencez le repérage pour trouver l’endroit idéal où mouiller.

4) La manœuvre

Il est important de garder en tête que le bateau ne restera pas immobile. La chaîne de votre ancre est le rayon autour duquel votre bateau dérive. Il en va de même pour les autres bateaux. De plus, le bateau bougera pendant la manœuvre, il faut donc prendre de la marge et dépasser le point choisi. Ensuite, immobilisez le bateau (casser l’erre) et évaluez l’évitage de votre bateau. Après avoir jeté l’ancre, laissez la chaîne se dérouler jusqu’à la longueur souhaitée grâce à une marche arrière. Il est conseillé de filer la chaîne sur une distance équivalente à trois ou quatre fois la profondeur. 

5)  Après la manœuvre

Le premier réflexe à avoir est de vérifier que le mouillage tient bien. Repérez autour de vous des éléments fixes dans le paysage, pour vous donner des repères. Si vous mouillez dans une zone peu profonde, vous pouvez directement aller vérifier la bonne tenue de l’ancre au fond de l’eau. De plus, comme vu précédemment, votre bateau bougera avec les vagues, le courant et le vent. Bien vérifier la zone d’évitement et tenir compte des marées est primordial. Après avoir vérifié que le bateau ne dérive pas, rangez correctement votre pont. 

Crédit photo : Benjamin Sellier

6) Préparer l’arrivée à terre

Pour rejoindre la terre ferme, l’annexe sera votre meilleure alliée ! Le gilet de sauvetage et les rames ou avirons doivent obligatoirement être à bord pour assurer votre sécurité. 

Et si vous souhaitez en plus l’assistance d’un moteur, sachez qu’il existe de petits hors-bords électriques et compacts, parfaitement adaptés pour ces trajets courts et récurrents.

Parmi ces solutions innovantes, on compte l’arrivée de TEMO. Avec son ergonomie unique et réglable (manche télescopique), son poids plume de 5 Kg et son autonomie d’une heure, ce moteur tubulaire est idéal pour assurer tous vos transferts au mouillage facilement et rapidement.

Crédit photo : Stéphane Scotto

7) Débarquer à terre

Lorsque vous approchez de l’arrivée, réduisez la vitesse. Attention de ne pas le faire trop vite, ou de l’eau passera par-dessus le tableau arrière et votre annexe. Grâce à sa gâchette progressive, vous restez au sec avec TEMO. Ensuite, déterminez un ordre de débarquement avec les personnes à bord, pour éviter les chutes dans la précipitation. Faire très attention aux baigneurs et respecter le chenal s’il y en a un. Pensez à éteindre le moteur et à commencer à relever avant que l’hélice ne touche le sable ou des cailloux au fond. Les vagues et l’inertie vous permettront de faire les derniers mètres. Grâce à sa tuyère de protection et au faible tirant d’eau, TEMO vous accompagne jusqu’à la dernière seconde. Ne soyez pas pressé, attendez que la prochaine vague casse pour débarquer en toute sécurité. Bien amarrer ou remonter l’annexe sur le sable. Et petit plus : contrairement aux autres moteurs d’annexe, TEMO se désinstalle instantanément et vous accompagne facilement dans toutes vos balades à terre grâce à son sac de transport. 

Crédit photo : Stéphane Scotto

Il ne vous reste plus qu’à profiter pleinement de votre escale et de vos prochains mouillages !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *